Maîtrisez l’alphabet anglais : guide de prononciation pour les apprenants francophones

Maîtrisez l’alphabet anglais : guide de prononciation pour les apprenants francophones

Apprendre à bien prononcer l’alphabet anglais est une étape essentielle pour améliorer votre niveau en langue et faciliter la communication avec des anglophones. Au sein de cet article, nous vous proposons un tour d’horizon des spécificités de la prononciation anglaise et des conseils pour mieux maîtriser chaque lettre, phonème et consonne.

L’influence du français sur la prononciation anglaise

Il est intéressant de remarquer que plusieurs éléments de la prononciation anglaise sont inspirés du français, en raison notamment de la présence normande en Angleterre au 11e siècle. Celui-ci a contribué à enrichir la langue anglaise et par conséquent, certains phonèmes, comme le son [ʒ] de « garage », peuvent être retrouvés aussi bien en français qu’en anglais. Pourtant, il ne faut pas se laisser tromper : de nombreuses différences subsistent entre ces deux langues, ce qui rend nécessaire l’enseignement de la lecture et de l’écriture en anglais avec une attention particulière à l’alphabet et à sa prononciation.

Les voyelles en anglais

Les sons courts et longs

Dans la langue anglaise, il existe deux types de voyelles : les voyelles courtes et les voyelles longues. Il est vital d’apprendre à distinguer ces deux catégories afin de prononcer correctement les mots. Les voyelles courtes sont généralement produites avec moins d’effort vocal et de durée, tandis que les voyelles longues sont généralement plus soutenues et énergiques. Par exemple, le phonème [æ] est une voyelle courte, alors que le phonème [eɪ] est une voyelle longue.

Les diphtongues

Une autre particularité de la prononciation anglaise consiste en l’utilisation des diphtongues, c’est-à-dire deux sons voisés combinés en un seul et même mouvement. Le français possède également quelques diphtongues, mais elles sont bien moins fréquentes qu’en anglais. Parmi les exemples les plus courants de diphtongues anglaises, on peut citer [aʊ], comme dans le mot “house”, ou [ɪə], comme dans “here”.

Les consonnes en anglais

Sons sourds et sonores

L’une des difficultés majeures pour les apprenants francophones réside dans la distinction entre les sons sourds et les sons sonores des consonnes anglaises. Un son sourd est produit avec peu ou pas de vibration des cordes vocales, alors qu’un son sonore résulte d’une vibration nettement audible. Par exemple, les lettres “t” [t] et “d” [d] sont respectivement sourdes et sonores. En français, cette distinction n’est pas toujours clairement marquée, ce qui explique pourquoi il est souvent difficile pour les francophones de bien prononcer ces consonnes en anglais.

Les voyelles en anglais

R, L et W : trois consonnes particulières

La prononciation anglaise des lettres “r”, “l” et “w” diffère nettement de celle du français. Le “r” anglais, contrairement au “r” français, n’est pas roulé mais émis avec une légère tension des cordes vocales. Le son [ɹ], que l’on retrouve dans des mots comme “red” ou “right”, peut être difficile à maîtriser pour les apprenants francophones. Quant au “l”, il existe en deux variantes en anglais : le “l” clair (ou « light ») et le “l” sombre (ou « dark »), qui se distinguent par la position plus reculée de la langue dans la bouche pour le second. Enfin, le “w” anglais est à aborder avec précaution, car il s’agit d’un son semi-voyelle, intermédiaire entre la consonne et la voyelle, produit en arrondissant légèrement les lèvres.

Prononcer les sons délicats pour les francophones

Le th anglais

Le th, représenté par les symboles phonétiques [θ] pour sa version sourde et [ð] pour sa version sonore, est un son particulièrement problématique pour bon nombre d’apprenants francophones. La raison principale réside dans le fait qu’il n’existe pas de phonème équivalent en français. Pour bien réaliser ce son, il convient de placer la langue entre les dents supérieures et inférieures tout en soufflant doucement.

Le h anglais

Enfin, le h est une lettre qui peut poser problème pour les apprenants francophones, car sa prononciation en anglais diffère nettement de celle du français. Le “h” anglais correspond à un souffle léger émis au début du mot et doit être clairement articulé, contrairement au “h” français aspiré que l’on retrouve dans des mots comme “homme” où il n’est pas prononcé.

En conclusion, maîtriser la prononciation anglaise demande un effort soutenu et une écoute attentive des anglophones, mais retenez que la pratique régulière et l’attention portée aux particularités de chaque lettre, phonème et consonne seront vos meilleurs alliés pour progresser dans l’apprentissage de cette langue.